Je voulais m'arrêter mais je ne pouvais pas

AddictionJe voulais m'arrêter mais je ne pouvais pas

Deval, 34

Après avoir parlé de ses problèmes avec un conseiller, Deval était en mesure de se débrouiller plus facilement face aux difficultés qui ont marqués sa vie.

« J'ai fini par aller en thérapie, car je buvais trop. Je suppose que j'essayais de m'éloigner des difficultés de mon divorce et du stress au travail. Ça commencé petit à petit, mais avant même de le réaliser, je buvais à chaque jour. J'ai rendu visite à mon docteur qui m'a recommandé de suivre du counseling. Je n'aimais pas l'idée du tout. J'imaginais quelqu'un avec un bloc-note puis un stylo, qui m'analyserait pendant que je serais allongé sur un divan. Je n'aimais pas cette idée du tout. Mais Stewart, le thérapeute, est vraiment bon. Il n'y avait pas de divan. Nous nous sommes assis ensemble et avons eu une vraie conversation. Il m'a fait rendre compte que j'étais vraiment fâché, ce qui m'a surpris. Je n'avais jamais pensé que j'étais fâché du tout. Ce n'était pas toujours facile car avant de pouvoir me sentir mieux, il a fallu que je me sente pire. Il m'a obligé à m'observer et à m'analyser. Je m'attendais à ce qu'il me donne toutes les réponses, mais Stewart m'a aidé à trouver les réponses moi-même. Donc, petit par petit, je me sens mieux. C'est ce que la thérapie représente pour moi. Il me fait essayer différentes choses puis ça m'aide. Je sais que je ne suis pas encore à la ligne d'arrivée, mais j'y arrive petit par petit. »